• mnchassaigne

Ton client a-t-il besoin d’une assistante virtuelle ou d’une community manager ?



Même si les réseaux sociaux sont très développés, beaucoup d’entrepreneurs ne savent pas comment les exploiter professionnellement. Alors au moment de choisir entre assistante virtuelle ou community manager pour déléguer la gestion de leur compte Instagram, Facebook ou LinkedIn, ils sont parfois dans le flou. Pourtant, les deux ne font pas du tout le même métier et faire appel au mauvais prestataire peut être source de frustration. Pour aider tes clients à atteindre leurs objectifs, tu dois être très claire sur ce que tu peux réellement leur apporter et sur ce qui n’est pas de tes compétences. Avec Marjorie Picard, assistante virtuelle spécialisée en gestion de réseaux sociaux, et Vanessa Lopes, community manager, on t’aide à cerner les besoins de ton client et à l’orienter vers le freelance dont il a besoin.


Au programme :


1. Faire la différence entre assistante virtuelle ou community manager

1.1 Opérationnel VS stratégie

1.2 Des missions différentes


2. Assistante virtuelle ou community manager : faire le point sur ses compétences

2.1 Des savoir-faire distincts

2.2 Mes conseils pour se différencier d’une community manager


3. Écouter les besoins du client en matière de gestion des réseaux sociaux

3.1 Une limite floue dans la tête des prospects

3.2 Mes astuces pour orienter le client vers le prestataire qu’il lui faut


4. Assistante virtuelle ou community manager, en bref



Faire la différence entre assistante virtuelle ou community manager


Opérationnel VS stratégie


La gestion des réseaux sociaux est une mission que beaucoup d’assistantes virtuelles proposent. Mais si elles apportent un véritable service à leurs clients, elles ne sont pas pour autant community manager. Les deux prestataires ne réalisent pas le même travail.


« Une assistante virtuelle exécute des tâches qui lui ont été clairement confiées par son client, indique Vanessa Lopes, community manager. Le client sait où il va. Il connait son objectif et l’assistante virtuelle va l’aider en réalisant le travail à sa place. Une community manager, de son côté, va définir la stratégie pour positionner les réseaux sociaux de son client dans son univers marketing et orienter la communication pour qu’elle serve vraiment ses objectifs business. Il y a un aspect stratégique que l’assistante virtuelle ne propose pas. »


En conséquence, les actions réalisées ne sont pas les mêmes que l’on soit assistante virtuelle ou community manager. L’une est dans l’opérationnel, l’autre dans la stratégie.


Des missions différentes


Sur le blog, tu trouveras déjà un article sur les missions réseaux sociaux d’une AV. Mais pour te permettre de bien faire la différence avec les prestations d’une community manager, je te propose ce tableau récapitulatif.







Assistante virtuelle ou community manager : faire le point sur ses compétences


Des savoir-faire distincts


Comme tu le vois dans le tableau ci-dessus, les compétences d’une AV et d’une CM ne sont pas les mêmes. Une community manager a une spécialisation et une expertise beaucoup plus poussées qu’une assistante-freelance. Mais cela n’enlève rien à ta valeur ! Tu as seulement des choses différentes à apporter à tes clients.


« J’adore l’univers des réseaux sociaux, avoue Marjorie Picard, assistante digitale spécialisée en gestion de comptes Instagram, Facebook et LinkedIn. Ce sont des outils formidables pour développer les activités de nos clients. Mais ça englobe tellement de possibilités que certaines choses sortent de mon domaine de compétences. Et cela ne correspond pas à la façon dont j’ai envie d’exercer mon métier. Plutôt que d’être ultraspécialisée, je préfère proposer des prestations complémentaires à mes clients. »


Mes conseils pour se différencier d’une community manager


⭐ Ne te fait pas passer pour ce que tu n’es pas ! Tu es peut-être excellente pour soulager tes clients dans la gestion de leurs réseaux sociaux. Mais si tu ne réalises que des tâches opérationnelles, ne te décris pas comme une community manager dans ta communication. Explique bien à tes clients ce que tu es capable de faire ou non.


⭐ Valorise ta polyvalence et mets en avant tous les autres domaines dans lesquels tu pourras accompagner tes clients.


⭐ Si tu proposes de la stratégie à tes clients, peut-être que tu n’es plus une assistante virtuelle ! Analyse bien ton offre, car tes tarifs ne seront pas les mêmes !




Écouter les besoins du client en matière de gestion des réseaux sociaux


Une limite floue dans la tête des prospects


Choisir entre assistante virtuelle ou community manager dépend du besoin des clients. « Le problème, c’est qu’il y a un manque de connaissances de la part des entrepreneurs, souligne Vanessa. Les réseaux sociaux sont tellement banalisés que beaucoup pensent que tout le monde peut rédiger des posts. Mais ce n’est pas si simple. Pour avoir une présence qualitative sur les réseaux sociaux et donc des résultats, il faut une stratégie. Soit l’entrepreneur a une expertise en la matière et il peut indiquer clairement à une assistante virtuelle ce dont il a besoin. Soit, il ne l’a pas et il doit faire appel à une community manager. »


Dans la tête d’un entrepreneur, la limite entre les deux métiers peut-être floue. « Beaucoup d’assistantes proposent des missions réseaux sociaux, confirme Marjorie. Le distinguo n’est pas toujours très clair. D’autant que pour certains entrepreneurs, le métier d’assistante est encore mal connu... » Ça va donc être à toi de déterminer si tu es la bonne personne pour l’accompagner ou pas.


Mes astuces pour orienter le client vers le prestataire qu’il lui faut


⭐ L’appel découverte va être le moment décisif où tu vas pouvoir cerner les véritables besoins de ton prospect. Pose-lui les bonnes questions pour t’assurer que tu es apte à l’accompagner.


⭐ Si les demandes dépassent tes compétences, explique à ton prospect qu’il ne s’adresse pas à la bonne prestataire. N’accepte pas une mission si tu ne te sens pas capable de la réaliser. C’est le meilleur moyen de rendre un travail bâclé et de griller ta réputation !


⭐ Constitue-toi un réseau de business friends que tu pourras recommander, lorsque tu n’es pas la mieux placée pour répondre à une mission. De cette manière, tu ne laisseras pas tes prospects sans solution. C’est une tactique doublement gagnante. D’une part le prestataire que tu as recommandé sera plus enclin à te rendre la pareille une prochaine fois (à moins que tu n’optes pour l’apport d’affaires pour augmenter tes revenus). D’autre part, tu resteras dans la tête de tes prospects comme une personne fiable et de bons conseils. Ce qui pourrait les amener à faire appel à toi quand ils auront besoin de tes compétences... ou à te recommander à leur propre réseau.



Assistante virtuelle ou community manager, en bref


Dans la tête de tes prospects, la frontière entre assistante virtuelle ou community manager peut être floue. Pourtant, ces deux prestataires réalisent des missions très différentes. La première s’occupe de la partie opérationnelle, tandis que la seconde gère la stratégie. Pour apporter toute satisfaction à tes clients, tu dois :

  • faire le point sur tes compétences afin de savoir quelles prestations tu peux offrir;

  • prendre en compte ses véritables besoins lors de l’appel découverte ;

  • orienter tes prospects vers une autre personne (de préférence un business friend !) si tu n’es pas apte à les accompagner.

Pour plus de partages d’expériences et de conseils sur le métier d’assistante virtuelle, rejoins-nous avec Marjorie et Audrey, tous les mercredis à 13 h pour des lives participatifs sur le Café des AV !